Prévention, ramassage et tri des macro-déchets : exemple d’action à l’échelle de bassin versant

L’EPTB Vidourle et le Syndicat Bassin de l'Elorn agissent pour réduire les pollutions liées aux déchets macro-plastiques, avant qu'ils n’atteignent le littoral et la mer.
Zoom sur l’action de l’EPTB Vidourle

L’EPTB Vidourle* a été choisi par l’État avec l’Institut Marin du Sequarim du Grau du Roi**, pour expérimenter un nouveau système de barrières retenant les déchets plastiques avant qu’ils n’atteignent le littoral et la mer.

L’objectif de cette expérimentation menée au niveau européen, est de retenir les déchets macroplastiques.     

Le projet « Blue Barriers » mené par Fabio Dalmonte et Mauro Nardocci, deux ingénieurs italiens de la société Sea Defence Solutions (SEADS), permet de stopper, dévier et collecter les déchets plastiques voguant sur les fleuves avant qu’ils ne s’amassent dans les océans.     

Concrètement, deux barrières flottantes en PVC sont positionnées sur le fleuve, suffisamment éloignées l’une de l’autre afin de minimiser l’impact sur la vie du fleuve et ne pas gêner la circulation des bateaux. Immergées en partie seulement, elles permettent aux poissons de passer facilement en dessous sans trop bloquer leur trajectoire tout en déviant néanmoins les déchets. En entrant en contact avec la première barrière, les déchets plastiques sont déviés grâce au courant vers la deuxième, puis guidés vers un bassin de collecte.

Les barrières ont été conçues pour résister aux conditions fluviales difficiles et minimiser l’entretien. Un système d’ouverture manuelle a également été prévu afin de répondre aux éventuelles situations d’urgence.

Une concertation sur ce projet a eu lieu avec les élus de l’EPTB Vidourle avant que sa candidature soit validée par l’Etat. Les ingénieurs de l’EPTB Vidourle auront pour mission l’entretien et la surveillance du dispositif et devront assurer un retour sur le matériel. Les déchets réceptionnés seront quantifiés et analysés avec les ingénieurs de l’Institut Marin.

Cette solution permet donc d’arrêter le gaspillage, et d’améliorer la gestion des déchets de façon permanente. Il est conçu pour résister à toutes les conditions de la rivière et pour éviter que les déchets ne pénètrent dans les rivières en premier lieu. Le coût de ce dispositif est estimé à environ 300 000 euros. L’EPTB Vidourle va par ailleurs demander un financement de 70% à l’Union Européenne.

Cette initiative s’accompagne de sensibilisations et d’actions citoyennes : à l’exemple de la  vaste opération de nettoyage des berges du Vidourle programmée le 1er juin prochain sur la commune de Marsillargues.

*L’EPTB de Vidourle, groupement de collectivités à l’échelle de bassin versant, est un organisme interdépartemental, composé du conseil départemental du Gard, et de l’Hérault et de 10 EPCI du bassin versant. Il couvre 95 communes du bassin versant et engage des actions en liaison avec l’aménagement du fleuve cadré par la procédure du contrat de Rivière.

**Le Seaquarium du Grau-du-Roi est un aquarium marin fondé en 1989 sur la commune du Grau-du-Roi, dans le département du Gard. Il regroupe plus de 200 espèces de poissons de Méditerranée et tropicaux, 25 espèces de requins, des phoques et des otaries.

Plus d’informations sur le projet SEADS : https://www.seadefencesolutions.com/blue-barriers              
Retrouvez les infos sur l’EPTB Vidourle :https://www.vidourle.org      

Zoom sur l’action du Syndicat de Bassin de l’Elorn

Autre exemple avec le Syndicat de Bassin de l’Elorn situé à Daoulas dans le Finistère, qui intervient sur le périmètre des bassins de l’Elorn, de la rivière de Daoulas et de leurs affluents. Il regroupe Brest Métropole, la Région Bretagne, 2 communautés de communes, 2 communes, ainsi que 3 syndicats de communes.

Le Syndicat  de Bassin de l’Elorn a mis en place aux côtés de 17 autres partenaires français et anglais, un projet pour réduire la dispersion de déchets plastiques du fleuve à la mer.

Il s’agit du projet Preventing Plastic Pollution (PPP) du programme INTERREG VA France (Manche) Angleterre financé par l’Union Européenne à hauteur de 14 millions d’euros (fonds FEDER).

La zone de la Manche fait ainsi l’objet d’un projet de trois ans jusqu’en mars 2023, visant à éliminer et à prévenir la pollution par les matières plastiques dans des zones ciblées en Angleterre et en France. Il est mis en œuvre sur sept sites pilotes : la rade de Brest, la baie de Douarnenez, la baie des Veys, le port de Poole et les estuaires de Medway, Tamar et Great Ouse.      

Trois actionsphares sont mises en œuvre par le Syndicat de bassin de l’Elorn. Un prestataire privé, des associations et des scolaires ramassent les macro-déchets tous les ans sur les 58 km des berges de la rivière. Ces déchets sont triés suivant un protocole scientifique permettant de mieux cibler leurs provenances.

En 2020, 1100 kg ont été récoltés. Le ramassage de 2021 mettra en évidence les types de déchets nouvellement arrivés sur les berges, facilitant ainsi l’identification de leurs sources.

Cinq filets de rétention de macrodéchets ont également été installés sur des buses de sortie d’eaux pluviales de trois communes du territoire. Régulièrement vidés, l’analyse de leur contenu permettra d’évaluer le flux de déchets y transitant et de réfléchir aux actions préventives.

Il permettra également d’améliorer la qualité des eaux de transition dans la zone France (Manche) Angleterre en développant un outil de cartographie évolutif et transférable pour fournir des données sur les sources et les quantités de pollution plastique dans les bassins versants.

Les résultats escomptés du projet PPP sont une amélioration de la qualité des eaux grâce à une amélioration de 10 % du bon état écologique dans les eaux de transition.

Une charte zéro plastique sera mise en œuvre au sein d’environ 650 entreprises et 50 chaînes d’approvisionnement dont les processus seront modifiés.

Dans le cadre de ce programme, le Syndicat de bassin de l’Elorn a bénéficié d’une enveloppe de 320 000 euros pour mettre en place cet ambitieux projet sur son territoire afin de mieux comprendre et prévenir la pollution plastique.

L’élargissement de cette approche est prévu à une dizaine d’autres bassins versants dans un délai de 2 années après le projet, puis de 100 bassins versants escomptés après 5 ans.

Plus d’informations sur le projet  PPP : https://www-iuem.univ-brest.fr/lemar/projets-scientifiques/ppp-preventing-plastic-pollution
Retrouvez les informations sur le Syndicat de Bassin de l’Elorn : https://bassin-elorn.fr

Article rédigé sous la responsabilité de Frédéric Latour et Caroline Joigneau Guesnon, ANEB

Télécharger le PDF de la page