L’ANEB a co-présidé la session « Penser le développement territorial en lien avec le fleuve » – IS Rivers 2022

L'ANEB à co-présidé la conférence "Penser le développement territorial en lien avec le fleuve" lors de la 2ème journée du colloque IS-Rivers 2022 !

PENSER LE DÉVELOPPEMENT TERRITORIAL EN LIEN AVEC LE FLEUVE (conférence B7 – Jeudi 7 juin 11h)

11:00Quelles échelles d’action publique optimales pour prévenir et gérer les inondations ? Deux siècles de retours d’expérience dans quatre cités fluviales en France et en Espagne.

Dournel S., Santasusagna Riu A. – France – Département de Géographie, Université d’Orléans

En France comme en Espagne, les réformes territoriales engagées depuis deux décennies engendrent de
profondes évolutions en termes d’aménagement et de gestion des milieux fluviaux et humides. Ces deux
champs d’action sont d’ailleurs marqués par un nombre croissant d’interlocuteurs et une diversification de leurs périmètres d’investigation. Dans ce contexte se pose la question des échelles de l’action publique à l’égard de ces entités, notamment pour prévenir et gérer les inondations. Optant pour une démarche
géohistorique et diachronique, notre démonstration s’appuie sur deux siècles de retours d’expérience (du
début du XIXe siècle à aujourd’hui) de quatre cités fluviales contrastées, émanant des deux pays : Amiens
(Somme), Lleida (Segre), Orléans (Loire) et Terrassa (ramblas). Dans chacun des cas, cette démarche fait
ressortir des processus non pas linéaires et complémentaires mais cycliques et antagonistes, révélés par une grande diversité d’acteurs, d’outils et de modes de conception en matière de prévention et de gestion des inondations. L’enjeu consiste, pour chaque site étudié, à repérer l’échelle d’action publique optimale et, par ce biais, le système de gouvernance ainsi que le schéma d’aménagement et de gestion associés.

11:20 – L’aménagement des Zones d’Expansion de Crues (ZEC) au défi des inégalités sociales et environnementales : le cas des villes de la Loire moyenne (France)

Marie FOURNIER – EA Géomatique et Foncier ; Jérôme CARDINAL ; Mathilde GRALEPOIS ; Sofia GUEVARA – UMR CITERES, Université de Tours ;

Depuis le début des années 2000 en France, dans des secteurs de ZEC proches de centres urbains, on
observe la multiplication de projets dits « multi-fonctionnels » prenant le plus souvent la forme de parcs périurbains ou agri-urbains cherchant à concilier gestion des aléas hydrologiques extrêmes, autres enjeux
environnementaux, mais aussi fonctions sociales et éducatives. A partir de deux exemples de projets menés dans des agglomérations ligériennes (secteur de la Bouillie à Blois et Iles Noires sur la commune de la Riche), cette communication souligne les enjeux de justice sociale et environnementale que posent ces projets d’aménagement, en particulier vis-à-vis des usages et usagers, parfois très précaires, de ces espaces. Dans les deux cas, l’argumentaire de la mise en sécurité a amené initialement à la mobilisation de mécanismes juridiques lourds pour la délocalisation des biens et personnes résidentes, mécanismes contestés localement au regard de leurs effets sociaux. Aujourd’hui, ces projets changent d’échelle : des temps de concertation sont organisés par les pouvoirs publics pour les accompagner, avec l’ambition de concilier des vocations multiples, au-delà de l’enjeu du contrôle de l’inondation. Le dépassement de la seule question du risque tend cependant à faire disparaître la question des usages et usagers « historiques » de ces espaces.

11:40 – La promotion du tourisme fluvial, levier de développement local et de coopération territoriale ? Analyse de deux expériences en France et en Espagne

Rode S., Santasusagna R. – Université de Perpignan, France

Les fleuves apparaissent comme un support renouvelé de projet pour les territoires, qui mobilisent
fréquemment leurs cours d’eau au service de leurs stratégies. C’est le cas des deux exemples analysés : le
projet “Tourisme Transfrontalier Fluvial Soutenable” développé par trois villes françaises et espagnoles –
Perpignan, Lleida et Girona – autour de quatre fleuves ; le projet “Trois territoires” développé par trois
comarques appartenant à trois communautés autonomes espagnoles – Terra Alta en Catalogne, Matarraña en Aragon et Els Ports en Communauté Valencienne. Dans ces deux projets, des collectivités locales tissent des coopérations autour des fleuves qu’elles ont en commun afin de développer un « tourisme fluvial ». Leur étude comparée permet d’en interroger les deux dimensions structurantes. Économique tout d’abord puisque l’objectif majeur affiché par ces projets est de participer au développement local des territoires. Le fleuve apparaît alors comme support privilégié pour la construction de nouvelles ressources territoriales. Quelles sont les attentes des collectivités locales en la matière ? Et quelles sont les spécificités des activités et pratiques touristiques pensées par ces collectivités autour des fleuves ? Géopolitique ensuite dans la mesure où ces projets s’accompagnent d’une dynamique de coopération territoriale justifiée par une logique hydrographique, celle du fleuve comme trait d’union entre territoires administrativement fragmentés.

12 :00 – À la recherche d’une ressource territoriale spécifique : l’exemple de la Saône en Haute-Saône

Comby E.- Université de Lyon, Corberand K. Université de Franche-Comté – France

Les cours d’eau ont fait l’objet de nombreux aménagements afin de transformer leur nature biophysique en ressources économiques. En France, le développement touristique apparaît comme un des leviers
contemporains d’une politique de développement territorial au bord des cours d’eau. Face à la multiplication des services et produits touristiques, les politiques publiques doivent identifier des ressources spécifiques pour se distinguer. Or la récurrence de ce type de politiques publiques entraîne un risque de banalisation de la ressource. Cette contribution est à l’interface entre politiques publiques, recherche scientifique et pratiques d’enseignement. Centrée sur la Saône (le principal affluent du Rhône) dans le département de la Haute- Saône, elle repose sur 25 entretiens semi-directifs avec des personnes expertes de la rivière et plus de 80 questionnaires auprès d’acteurs et d’actrices du tourisme. Ces données ont fait l’objet d’analyses quantitatives et qualitatives. La Saône est considérée par les acteurs et actrices du territoire comme un atout pour le développement territorial : les personnes expertes considèrent majoritairement le tourisme comme le principal levier de développement. Toutefois, face au risque de banalisation, le positionnement de la destination doit s’appuyer sur une stratégie plus précise pour donner une lisibilité à sa spécificité (à la fois culturelle, paysagère et biophysique) et pour permettre l’identification d’un panier de biens et de services.

3 EPTB ont présenté leurs projets dans différentes sessions

Retrouvez les informations et présentations de L’EPTB Durance, l’EPTB Dordogne et l’EPTB Saone-Doubs sur notre article dédié !

Télécharger le PDF de la page