JO2024 – Désimperméabilisation et îlots de fraicheurs

Le Cerema, missionné pour diagnostiquer le futur microclimat du village olympique Paris 2024 et identifier les leviers d'une bioclimatisation optimale. L'un d'eux étant de désimperméabiliser le bassin versant pour favoriser l'alimentation en eau du sol et des plantes et l'évapotranspiration.

L’aménagement du village olympique est l’occasion de tester des solutions d’aménagement innovantes. En matière de confort climatique, le projet de recherche Coolveg visait à optimiser le dimensionnement des espaces végétalisés, pour favoriser l’évapotranspiration et rafraîchir l’air extérieur.

Evapotranpirer pour rafraichir l’air

L’étude a montré que la végétalisation d’un boulevard de 300 m, le mail Finot, permet de réduire de 5 à 10°C les températures à la surface des végétaux, et de plusieurs °C les températures de l’air du mail si l’évapotranspiration est maximale, c’est-à-dire sans stress hydrique.

En effet, lors des périodes de stress hydrique, les flux d’évapotranspiration des strates basses et des strates hautes sont fortement réduits, de l’ordre de 50 à 80% selon les zones étudiées ce qui induit une baisse du rafraîchissement en-deçà de 2°C.

Infiltrer pour Evapotranspirer

Pour cela, l’un des leviers pour favoriser l’évapotranspiration est de “connecter les surfaces amont pour collecter du ruissellement et favoriser l’infiltration de l’eau dans le sol en désimperméabilisant, ce qui peut permettre d’améliorer de 22 % à 56% l’évapotranspiration en période de chaleur intense“.

En savoir plus :

Télécharger le PDF de la page