Restauration de la continuité écologique sur le Rhin

Bérangère Abba a annoncé le lancement des travaux de création de deux nouvelles passes à poissons sur le Rhin, sur les barrages hydroélectriques de Rhinau et de Marckolsheim

Le Rhin était autrefois un axe majeur pour les poissons migrateurs. Au fil du temps, les aménagements ont perturbé l’hydrosystème fluvial et rompu certaines continuités écologiques.

Plusieurs dizaines de millions d’euros ont d’ores et déjà été investies, avec l’aide de l’agence de l’eau Rhin Meuse, des propriétaires, des exploitants et des collectivités locales compétentes, dans la restauration de la continuité écologique du Rhin.

La continuité écologique joue un rôle essentiel dans le bon fonctionnement des hydrosystèmes, la reconquête de la biodiversité et l’atteinte du bon état des eaux. La circulation des espèces aquatiques leur permet en effet de rejoindre des habitats divers, notamment leurs frayères, de s’échapper en cas de pollution ou de sécheresse sévère et de remonter en altitude vers des eaux plus froides, ou encore d’assurer un mélange génétique suffisant pour augmenter la résistance des espèces.

En février 2020, les pays parties à la convention internationale pour la protection du Rhin (Suisse, Allemagne, Pays Bas, Luxembourg et France) se sont engagés à permettre le retour du saumon sur ses frayères en Suisse.

L’Etat a débloqué 80 millions d’euros de crédits France Relance pour rendre franchissables par les espèces piscicoles deux des trois derniers obstacles à la continuité. EDF démarrera cet automne les travaux sur les barrages hydro-électriques Rhinau et Marckolsheim qui s’achèveront respectivement en 2025 et 2026. 

En complément, le gouvernement en lien avec la Région Grand Est, est mobilisé dans la mise en œuvre d’un plan Rhin vivant 2019-2024 qui vise à reconquérir la biodiversité des écosystèmes liés au fleuve et sauvegarder les paysages rhénans, notamment les forêts alluviales.

Source : Ministère de la Transition Ecologique

Télécharger le PDF de la page